C’est par la décision N°15929 du 06 avril 1976 qu’est créée l’Ecole préparatoire et de perfectionnement de la gendarmerie à Montluçon. L’appellation "Ecole de sous-officiers de la gendarmerie" n’arrive qu’en 1984 et enfin "Ecole de gendarmerie" en 1998.

Le colonel De La Lastra est le premier commandant d’école avec 4
compagnies d’instruction. L'école préparatoire et de perfectionnement de la
gendarmerie prend possession de la caserne RICHEMONT à la place du CISM n°
1. Cette caserne a été bâtie entre 1910 et 1913 a abrité successivement le 121ème
régiment d'infanterie – 1913 à 1939, le 152ème régiment d'infanterie de 1939 à
1942, par l'armée d'occupation de 1942 à 1944, par le 92ème régiment d'infanterie
de 1945 à 1958, par le centre d'instruction du matériel. La caserne RICHEMONT
a ainsi été dénommée en hommage du Général Camus, Baron de Richemont né le
31 décembre 1771 à Montmarault (Allier), décédé le 22 août 1853 à La Montée sur
Loire. Ancien élève de l’école militaire d’Effiat (Puy de Dôme). Sert comme
lieutenant dans l’armée du Rhin puis comme capitaine pendant la campagne
d’Italie où il reçoit sa première blessure en 1799. Participe aux campagnes de
l’Empire. Est promu général par Napoléon au siège de Dantzig. En 1814, est
nommé commandant de l’école de Saint-Cyr qu’il doit quitter après les cent jours
pour être mis en demi solde. Retrouve ce commandement après la révolution de
juillet. Au total, 60 années de service dont 40 comme officier général. A participé à
la vie politique comme député de l’Allier.


C’est le 121 ème R.I. qui fera graver sur les façades nord des quatre
premiers bâtiments le nom des batailles de la révolution et de l’empire, livrées par
la 121ème demi-brigade d’infanterie. Ainsi, on peut lire : MONDOVI –
SARAGOSSE – TARRAGONE – LUTZEN.


Depuis les autres bâtiments portent les noms des batailles inscrites sur les
drapeaux de la Gendarmerie Nationale : - HONDSCHOTTE (1793) –
VILLODRIGO (1812 ) – TAGUIN (1843) – SEBASTOPOL (1855) –
INDOCHINE ( 1947-1948 ) – MEDJEZ EL BAB (1942 ), deux batailles
auxquelles la gendarmerie a participé : - KILSTETT (1945) – STONNE (1940),
plus les noms de LE BLANC né en 1669, secrétaire d’état à l’origine de
l’organisation territoriale de gendarmerie que nous connaissons encore
actuellement et MONCEY né en 1754, premier inspecteur général de la
gendarmerie nationale et ayant commandé le 121ème régiment d’infanterie.

Je reviendrai à plusieurs reprises à la caserne Richemont pour des stages et j’y connaîtrai les joies d’être formateur et commandant de peloton entre le 1 er août 2004 et le 1 er mars 2008 au sein de la 5ème et de la 6ème compagnie.

Désigné comme sous-officier tradition, je vais avoir l’honneur de
mettre en avant quelques héros de la gendarmerie tombés dans l’Allier. Parmi eux
le Maréchal des Logis Délichère fusillé à Montbeugny le 5 septembre 1944 qui est
devenu le parrain de la 278ème promotion, et le garde Novellini fusillé à Dompierre
Sur Besbre, le 6 septembre 1944 qui lui, a été choisi par les élèves de la 296ème
promotion. Je vais également avoir le plaisir d’être sollicité par plusieurs
compagnies pour les baptêmes de promotions du Maréchal des Logis Fourcade
(192ème promotion), le Garde Barthel (306ème), le Garde Copienne (328ème), le
Garde Trabaud (326ème), le Garde Ponsen (273 ème) et le Garde Jocaille.

ESOG1

ESOG2

cole gie

ESOG3

stele richemont

Depuis 1976, la liste  des morts en service formés à Montluçon est longue.  La photo a été prise en 2013. 

compteur.js.php?url=Xhm4KXMd09k%3D&df=x3