Encore un épisode de l'histoire du Bourbonnais qui est passé inaperçu. Et pourtant il fait date. Le préfet de l'Allier a découvert cet épisode lors de la journée du patrimoine 2017. 

Le Pape Pie VII est en route pour sacrer Napoléon Bonaparte, empereur des François. Partie de Rome le 2 novembre avec un convoi de 32 voitures, le convoi remonte la vallée du Rhône jusqu’à Lyon puis emprunte la Route impériale n° 8 (actuelle RN. 7). Le 22 novembre 1804, les gendarmes de l’Allier et un détachement des dragons de Moulins sont réquisitionnés dans la traversée du département pour assurer la sécurité du Saint Père et de ceux qui l’accompagnent. La voiture du Pape tractée par 8 chevaux est acclamée dans chaque commune traversée et il faut tenir à distance la population qui se rassemble sur les bords de la route. En début de soirée, le Pape fait une entrée remarquée dans la ville de Moulins, mais laissons les adjoints du conseil municipal raconter l’arrivée du Saint- Père 

:- Extraits - « l’arrivée du Saint-Père ayant été annoncée
ministérielle ment à M. de la Coste préfet du département de l’Allier qui en a
donné avis aux maires et adjoints qui ont arrêté ce qui serait fait pour rendre les
honneurs dus au pape, ce qui a été exécuté. L’un des adjoints, M Dominique
Lagaudière accompagné de plusieurs membres du Conseil municipal et d’une
garde d’honneur de soixante jeunes gens de la ville, attendait à l’entrée de la ville
pour complimenter sa sainteté. Dès que la voiture a paru, la garde d’honneur l’a
environné et M. Dominique Lagaudière, étant monté à la portière de la voiture, a
complimenté le Pape. De suite, Mgr Dampierre, évêque de Clermont, suivi de son
clergé, est monté à la portière en habits sacerdotaux, où il a aussi complimenté le
Pape qui a été salué d’une salve d’artillerie de 16 coups de canon ; toutes les 133
cloches et le tocsin ont sonné depuis midi et de deux heures en deux heures jusqu’à
l’arrivée. Il y a eu illumination générale, le dit jour, dans toute la ville. Le Pape,
avec sa suite, est descendu à l’hôtel de la Préfecture. Après les compliments, le
Pape s’est retiré dans sa chambre, après avoir donné par les fenêtres sa
bénédiction au peuple qui était en grande foule pour la recevoir sous y celles. Le
vendredi, deux frimaire, Sa Sainteté, après avoir entendu la messe, dans la salle de
la Préfecture, est partie à six heures du matin. Les cloches et le tocsin ont sonné. Il
a été tiré autant de coups de canon qu’à son arrivée. …

compteur.js.php?url=Xhm4KXMd09k%3D&df=OQ